Le Réseau Montagne (alpinenetwork) est une association internationale de Centres d’études sur la montagne : celle-ci est constituée par des instituts, le CNR de Padova, l’Université de Innsbruck, Klagenfurt et Udine le Laboratoire LAMA à l’Université de Grenoble,la S.A.F., le Club Arc Alpin (association des sociétés alpines de l’arc alpin), l’Association Italienne des Enseignants de Géographie, etc…, qui s’occupent avec compétence de recherche scientifique, culturelle, artistique et s’intéressent aux études sur la montagne et de la vie à la montagne. Chacun d’eux s’occupe d’un secteur particulier : géologie, contrôle hydraulique, communications routières, étude scientifique des noms de lieu, météorologie, portance du territoire, géographie, culture alpine, histoire locale etc….

Le président est Mauro Pascolini (Università di Udine), avec Roland Psenner (Universität Innsbruck) viceprésident, Ester Cason Angelini (Fondazione G. Angelini), Benedetta Castiglioni (DISGEA Università di Padova), Sebastiano Parmegiani (SAF).

Les fondateurs sont 10 (voir le statut)

On se propose de reconnaître les fondements de la vie des habitants de la montagne dans les temps passés pour pouvoir trouver des solutions réelles pour ceux qui encore aujourd’hui vivent à la montagne et de la montagne. Ils ne doivent pas être obligés à suivre les modes et la conduite de vie des habitants de la pleine même si on sait que ceux-ci sont bien plus nombreux : on remarque en effet que les gens de la plaine fréquentent la montagne pour expérimenter une façon de vivre différente.

L’association alors, tout en sauvegardant les caractéristiques particulières des montagnards, permet d’unir les forces, choisir les idées, vérifier quelles sont les initiatives communes mais réalisables dans des milieux de montagne différents .Le premier objectif atteint par le Réseau a été le rassemblement des projets pour les examiner, l’organisation de rencontres pour échanger des informations. Il arrive souvent, même si cela paraît impossible, qu’on ne connaisse pas dans le Veneto les méthodes de recherche dans le Val Venosta, et de même il n’est pas possible de trouver des collaborateurs à Coire pour une exposition sur l’art du bois à laquelle prennent part déjà des Instituts de la Carnia et du Tyrol.

Ce que le Réseau peut faire c’est donc l’échange d’informations concernant les activités et la disponibilité de collaborateurs pour la réalisation de projets, la possibilité de trouver du matériel de bibliothéques, d’archives et de musés. Il en découle aussi la possibilité de commencer des projets et de trouver des fonds en commun. Pour ce qui concerne les initiatives adressées au public (expositions, cours, congrès) on obtient une très vaste diffusion grâce au grand nombre de terminaux.

Chaque associé doit opérer dans son secteur spécifique avec des études, des initiatives qu’il doit mettre à la disposition des autres associés ou de tout le web, s’il le préfère, à travers le Forum de discussion.

On dépasse la formule  » vieux c’est beau  » symbole du cliché de la montagne selon Alpitour ainsi que  » la recherche-du -développement-éco-compatible  » réédition à titre écologique de projets financiers prévisible, pour déclarer une identité propre correcte qui ne poursuit aucun développement foudroyant mais plutôt le respect dû à une culture qui depuis des années garde sa vitalité.

Télécharger la brochure de présentation du Réseau Montagne.